Effets d’une activité physique intense sur le système immunitaire

Effets d’une activité physique intense sur le système immunitaireÀ l’heure actuelle, nous savons parfaitement qu’une activité physique modérée et régulière possède de nombreux bienfaits pour l’organisme, à la fois au niveau physique et psychologique. Cependant, quels effets un entraînement intensif produit-il sur notre corps, et plus particulièrement sur notre système immunitaire ?

Effets de l’activité physique sur les cellules du système immunitaire

Il a été démontré qu’une activité physique intense et prolongée favorise l’immunodépression, notamment lors de la phase de récupération après le sport. Cependant, à l’heure actuelle, les marqueurs clairs et fiables nous permettant de détecter les effets de cette immunodépression sont peu nombreux. On se réfère notamment à l’IgA salivaire, un type d’anticorps habituel dans les muqueuses qui constitue l’une des premières lignes de défense face aux pathogènes. En effet, on a découvert qu’une activité physique prolongée ou un entraînement intense pouvaient faire baisser les taux d’IgA salivaires.

D’autre part, plusieurs études démontrent que l’activité physique intense ou prolongée peut altérer le nombre et la fonction des cellules du système immunitaire inné dans la circulation, comme les neutrophiles, les monocytes et les cellules Natural Killer.

De plus, en ce qui concerne l’immunité adaptative, on sait qu’une lymphocytose survient pendant l’effort ou immédiatement après, au cours des premiers stades de la phase de récupération, et que celle-ci est proportionnelle à l’intensité et à la durée de l’activité physique, avec une réduction du nombre de lymphocytes T (et dans une moindre mesure des lymphocytes B ) par rapport aux valeurs mesurées avant l’exercice. Par la suite, pendant les 24 heures qui suivent l’effort, on retrouve les mêmes valeurs qu’au repos. La mobilisation de ces sous-groupes de cellules (T et B) est largement influencée par l’action des catécholamines qui constitue la réponse du système nerveux à la demande énergétique.

Effets anti-inflammatoires de l’activité physique

Les études suggèrent que le sport possède un effet protecteur face à l’inflammation, qui serait dû à la réduction de la graisse viscérale et/ou à la production de cytokines anti-inflammatoires lors de chaque session d’activité physique. Cet effet pourrait être bénéfique pour l’organisme, surtout lorsque l’on sait que l’inflammation, lorsqu’elle elle est chronique, est impliquée dans la pathogénèse de la résistance à l’insuline, l’artériosclérose, la neurodégénérescence et la croissance tumorale.

Sport et cancer

Il existe un consensus sur le fait que le sport protège contre certains types de cancer, peut-être à cause de la composante inflammatoire des processus oncologiques. L’entraînement améliore certaines caractéristiques de l’immunité anti-tumorale et réduit les médiateurs inflammatoires. Cependant, le lien exact qui unit les mécanismes immunitaires et inflammatoires avec le sport et la réduction du risque de cancer n’a toujours pas été établi.

Commentaires et recommandations

Il est extrêmement intéressant de comprendre quels sont les effets du sport sur l’organisme et en particulier sur le système immunitaire. Cependant, les recherches n’ont pas encore découvert comment les effets cellulaires et moléculaires sont liés au sport en fonction de son intensité, de sa régularité et du type d’activité pratiquée.

Pour cette raison, pour les personnes qui ne sont pas habituées, il est toujours préférable de commencer par une activité physique modérée et régulière et d’avancer progressivement en surveillant les changements qui surviennent dans l’organisme et en adoptant une alimentation équilibrée et adaptée au type d’activité.

Références bibliographiques

WALSH NP et al., 2011. Position statement part one: immune function and exercise. Exercise Immunology Review, 17 pp. 6 – 63.

Peake JM et al., 2016. Recovery of the immune system after exercise. J Appl Physiol; [article de presse] http://jap.physiology.org/content/early/2016/11/28/japplphysiol.00622.2016

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR