Fibromyalgie et qualité de vie

Fibromyalgie et qualité de vieQu’est-ce que la fibromyalgie ?

Depuis 1992, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît la fibromyalgie comme une maladie à part entière avec des symptômes bien définis. Il s’agit d’une maladie rhumatologique dont le principal symptôme est une douleur musculo-squelettique intense, qui s’accompagne en général d’autres symptômes touchant le système nerveux comme l’anxiété, la dépression, l’insomnie ou de symptômes physiques comme la fatigue, les troubles intestinaux, etc.

Malgré la symptomatologie, il n’existe aucune donnée analytique déterminante pour démontrer la présence de la maladie. C’est pourquoi les experts prennent en compte la coexistence de symptômes caractéristiques, leur nombre important et leur intensité, pour orienter leur diagnostic.

À l’heure actuelle, les professionnels de la santé s’accordent à dire que la fibromyalgie est due à une mauvaise perception de la douleur par le système nerveux, à laquelle s’ajoutent des facteurs déclencheurs de nature très variée, comme par exemple un stress physique et émotionnel, des infections, ou même des évènements forts qui peuvent entraîner un état de choc comme des accidents de la route ou autres traumatismes. La fibromyalgie est donc une maladie qui évolue en général par poussées liées à l’exposition à ces facteurs.

Quelle stratégie thérapeutique adopter ?

Étant donnée la grande variété de symptômes et de facteurs déclencheurs, il est important de proposer au patient un traitement personnalisé qui prenne en compte tous les éléments pouvant influer sur sa pathologie. De plus, les recommandations générales suivantes peuvent améliorer de manière significative sa qualité de vie :

  1.     Apprendre à détecter les facteurs qui soulagent ou aggravent la douleur pour qu’il soit plus facile de les contrôler.
  2.     Essayer de contrôler les émotions et les sentiments négatifs relatifs à la maladie pour éviter qu’ils ne deviennent chroniques et ne se transforment en un problème supplémentaire.
  3.     Modérer l’activité en l’ajustant autant que possible à l’état de santé du patient.
  4.     Pratiquer une activité physique modérée selon les possibilités.
  5.     Entretenir ses relations sociales, parler du problème naturellement pour éviter qu’il ne devienne le centre de la conversation.
  6.     Éviter l’automédication en utilisant uniquement les médicaments qui ont été recommandés par un médecin.

Micro-immunothérapie

Cette thérapie est utilisée comme composante d’un traitement global et multidisciplinaire de la maladie pour sa capacité à aider le système immunitaire à retrouver un fonctionnement correct.

Un système immunitaire sain et équilibré peut être décisif pour contrôler ces facteurs déclencheurs comme le stress et/ou la réactivation de maladies virales latentes et ainsi réduire potentiellement le nombre et la fréquence des poussées qui apparaissent avec le temps.

Lien intéressant (en anglais) :

https://www.niams.nih.gov/health_info/fibromyalgia/

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR