La santé du côté des hommes

La prise en charge de la santé au sein de la famille évolue. Au cours des dernières années, les hommes s’impliquent de plus en plus dans cette tâche qui, au cours des décennies précédentes, était principalement dévolue aux femmes.

De plus, certaines maladies ont souvent un genre (ex : l’ostéoporose est plus commune chez les femmes) et/ou peuvent avoir une différence d’incidence selon le genre (ex : les pathologies cardiaques sont plus fréquentes chez les hommes, principalement à cause d’une exposition plus élevée aux facteurs de risque) et cela incite à se préoccuper davantage de la santé du « côté des hommes ».

 

Concepts-clés :

  • L’importance du rôle des hommes dans la prise en charge de leur santé, sans se limiter au traitement des maladies et en prenant en compte la prévention et l’adoption d’habitudes de vie saines.
  • À cet égard, il est essentiel de protéger l’équilibre du système immunitaire. La micro-immunothérapie peut être utile dans les situations où le soutien du système immunitaire s’avère nécessaire.

Quel rôle joue la société pour améliorer la santé des hommes ?

  • Les résultats de plusieurs études mesurant l’espérance de vie et comparant les hommes et les femmes montrent que l’espérance de vie des femmes est plus importante que celle des hommes dans la quasi-totalité des pays. Cela préoccupe donc les gouvernements, les institutions et plus particulièrement la société. La volonté d’améliorer la santé des hommes s’est concrétisée pour la première fois lors de la Déclaration de Vienne en 2005, point de départ des politiques de promotion et de conscientisation de la santé masculine dans de nombreux pays.

  • De nombreuses associations appartenant à divers domaines de la santé et plus au contact de la population, initient également des campagnes de prévention et établissent des protocoles pour inciter les hommes à s’impliquer d’avantage dans la prise en charge de leur santé.

Je suis un homme, qu’est ce que je peux faire pour préserver ma santé ?

  • Adopter des habitudes de vie saines. L’alimentation, l’activité physique, la gestion du stress et la préservation du fonctionnement du système immunitaire sont autant de points essentiels pour rester en bonne santé et éviter les maladies. Il est très important de parler avec son médecin des sujets qui vous inquiètent, par exemple la consommation de substances nocives, les blessures dues au sport, l’anxiété, le stress ou autres problèmes d’ordre psychologique. Il pourra vous conseiller sur la conduite à suivre et vous informera sur les traitements adaptés à vos besoins.

  • Suivre les recommandations concernant les contrôles et les dépistages. À partir de 50 ans, il est recommandé de suivre des programmes de dépistage précoces du cancer du côlon et de la prostate. De plus, il est nécessaire de surveiller la pression artérielle, le cholestérol et le diabète, car ce sont des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. Les infections génitales et sexuelles sont également fréquentes chez les hommes et, il peut être utile de faire des tests de dépistage de l’herpès, du papillomavirus, du VIH et d’autres infections, afin d’initier rapidement un traitement dans le cas où les troubles sont déclarés.

Santé masculine et micro-immunothérapie

Les infections, les maladies inflammatoires, les problèmes articulaires, le stress chronique … font partie des troubles touchant davantage les hommes et résultants d’un déséquilibre immunitaire. Il faut donc prendre soin du système immunitaire dont le bon fonctionnement est garant de notre santé. À cet égard, la micro-immunothérapie peut être une alliée intéressante à intégrer à la stratégie de traitement de la maladie chez les hommes.

Bibliographie :

White, A., Cash K. The state of men’s health in Western Europe. Journal Men’s Health and Gender 2004; 1(1).
Alswat KA. Gender Disparities in Osteoporosis. J Clin Med Res. 2017;9(5):382–387.
Möller-Leimkühler AM. Gender differences in cardiovascular disease and comorbid depression. Dialogues Clin Neurosci. 2007;9(1):71–83.
Rosenfeld V, R. La declaración de Viena. Rev. Med. Clin. Condes 2014; 25(1) 07-09.

Articles en lien avec celui-ci :

4 choses à retenir sur le papillomavirus

Le sport, une solution contre la dépression ?

La dépression : Aussi un trouble immunitaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACEPTAR

Aviso de cookies