Les cellules dendritiques : de puissants inducteurs de la réponse immunitaire

Les cellules dendritiquesSavez-vous que les cellules dendritiques sont 100 fois plus efficaces que d’autres cellules immunitaires, comme les macrophages ou les lymphocytes B , pour initier une réponse immunitaire spécifique contre les agents pathogènes ou les altérations tissulaires (1) ? Il s’agit d’un type de cellules spécialisées qui jouent un rôle important dans la régulation du système immunitaire. L’article ci-dessous nous donne certaines informations sur ces composants immunitaires et leurs fonctions.

Quelques données sur les cellules dendritiques

Les cellules dendritiques furent décrites pour la première fois par Paul Langerhans vers la fin du XIXème siècle. Initialement, on pensait qu’elles faisaient partie du système nerveux car leur morphologie ressemble singulièrement aux dendrites des neurones. Ce n’est que dans les années 70 que leurs véritables fonctions furent découvertes grâce aux recherches menées par Ralph M. Steinman et Zanvil A. Cohn (2).

Ces composants du système immunitaire se forment à partir de cellules hématopoïétiques dans la moelle osseuse, où ils se différencient et migrent vers le sang en tant que précurseurs des cellules dendritiques. De là ils se dirigent vers différents tissus de l’organisme, de manière très abondante dans la peau et les muqueuses de surface du système respiratoire et gastro-intestinal (3).

Fonctions des cellules dendritiques

Les cellules dendritiques sont connues pour le rôle important qu’elles jouent en temps que lien entre la réponse immunitaire  innée et adaptative (3).

Ces cellules agissent comme des sentinelles naturelles du système immunitaire, chargées de la recherche et la détection des agents pathogènes potentiels (virus, bactéries, champignons,…) en utilisant différents récepteurs qu’elles possèdent sur leur surface (appelés récepteurs de reconnaissance de motifs moléculaires – PRR). Dés qu’elles entrent en contact avec l’agent pathogène, les cellules dendritiques s’activent, maturent et libèrent différentes cytokines pro-inflammatoires impliquées dans la défense innée de l’hôte. De plus, elles ont la capacité de capturer et d’anéantir les substances externes de l’organisme (antigènes) par un processus appelé phagocytose.

Après ce processus, les cellules dendritiques présentent des fragments de ces antigènes liés au complexe majeur d’histocompatibilité sur leur surface. Par la suite elles migrent vers les ganglions lymphatiques où elles « montrent » (présentation d’antigènes) ces substances externes aux lymphocytes T , induisant ainsi l’activation, la prolifération et la différenciation de ces médiateurs de la réponse immunitaire adaptative (3). Les cellules dendritiques sont les cellules présentatrices d’antigènes les plus puissantes de l’organisme, elles sont en mesure d’interagir avec jusqu’à 500 lymphocytes T par heure (4). De plus, elles peuvent interagir avec les lymphocytes B par la stimulation de leur activation et différenciation en plasmocytes (capables de produire des anticorps) (3).

Les cellules dendritiques ne sont pas seulement impliquées dans l’activation des lymphocytes, mais également dans l’induction de la tolérance immunologique qui joue un rôle essentiel dans la prévention des attaques du corps à ces propres tissus.

En résumé, ces cellules ont été authentifiées comme les principales cellules présentatrices d’antigènes et d’importantes régulatrices du système immunitaire

Bibliographie

  1. Steinman R.M, Witmer M.D (1978). Lymphoid dendritic cells are potent stimulators of the primary mixed leukocyte reaction in mice. Proc Natl Acad Sci 75(10): 5132–5136.
  2. Steinman R.M., Cohn Z.A. (1973). Identification of a novel cell type in peripheral lymphoid organs of mice. I. Morphology, quantitation, tissue distribution. J Exp Med. 137:1142-1162.
  3. Lipscomb M.F., Masten B.J. (2002) Dendritic cells: immune regulators in health and disease. Physiol Rev. 82(1):97-130.
  4. Stoll S. et a. (2002). Dynamic imaging of T cell-dendritic cell interactions in lymph nodes. Science. 296(5574):1873-6.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR