Les cellules Natural Killer : des tueuses par nature

Les celLes cellules Natural Killer lules Natural Killer (également appelées « tueuses naturelles » et abrégées NK) représentent, avec les lymphocytes B et T, un troisième type de population de lymphocytes. Contrairement aux deux autres, celles-ci sont considérées comme faisant partie du système immunitaire inné puis qu’elles agissent de façon immédiate et naturelle, sans qu’un processus d’apprentissage préalable ne soit nécessaire.

Ces cellules proviennent de la moelle osseuse et se trouvent dans le sang et les tissus lymphoïdes, en particulier dans la rate. Elles se caractérisent morphologiquement comme de grands lymphocytes dotés de granules cytoplasmiques.

Fonctions :

Les principales fonctions des cellules tueuses naturelles sont :

1.  L’identification et la destruction des cellules anormales (fonction cytotoxique)

Les cellules NK sont définies principalement par leur capacité à tuer une variété de cellules anormales (comme par exemple des cellules transformées par un virus ou des cellules tumorales). Cette propriété est connue comme la cytotoxicité cellulaire. On distingue deux types de cytotoxicité cellulaire : l’une qui est donnée de façon naturelle et une autre par le biais des anticorps. C’est-à-dire, d’une part les cellules NK peuvent reconnaître d’une façon innée les changements dans les cellules et s’activer afin de les détruire et d’autre part, elles sont capables de reconnaître et éliminer les cellules recouvertes d’anticorps, ou plutôt, les cellules marquées comme nocives pour qu’elles soient détruites.  Lorsque les cellules NK sont activées, elles libèrent des substances contenues à l’intérieur de leurs granules, comme des perforines, qui formeront des pores dans la membrane cellulaire, et des granzymes qui induiront la mort de la cellule altérée.

2.  Production de cytokines (fonction sécrétoire)

Outre l’action cytotoxique, les cellules NK, en s’activant, sont capables de sécréter une variété de cytokines telles que le facteur de nécrose tumoral alfa (TNF-a), l’interféron gamma (IFN-g), ou le facteur stimulant de colonies de granulocytes et de monocytes (GM-CSF) qui jouent un rôle très important dans la prolifération, la différenciation et l’activation d’autres cellules et aussi dans la régulation de la réponse immunitaire.

Ainsi, en résumé, on peut dire que les cellules NK jouent un rôle crucial dans la défense innée contre les virus et les tumeurs ou dans la régulation de la réponse immunitaire.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR