L’immunité adaptative

Tous les mécanismes de défense dont dispose et met en place notre système immunitaire afin de protéger notre organisme peuvent être regroupés sous le terme « réponse immunitaire ».

Il existe deux types de réponse immunitaire, bien que différentes, elles agissent de façon coordonnée et intégrée :

–        La réponse immunitaire innée (naturelle, non spécifique)

–        La réponse immunitaire adaptative (acquise, spécifique)

Lorsqu’une infection causée par une bactérie ne peut être contrôlée par la réponse immunitaire innée,  un autre mécanisme de défense plus adapté à l’agresseur se mettra automatiquementen marche, c’est la réponse immunitaire adaptative.

Dans cette vidéo, nous expliquons brièvement comment fonctionne la réponse immunitaire adaptative.

En libérant des cytokines pro-inflammatoires comme l’interleukine 1 (IL-1) et le facteur de nécrose tumorale alpha (TNFa), les macrophages recrutent des cellules présentatrices d’antigènes (CPA) sur le lieu de l’infection.

Les particules libérées par les macrophages après la phagocytose de l’intrus, sont capturées  par la cellule présentatrice d’antigènes (CPA) et présentées à sa surface sous forme d’antigènes, grâce au complexe majeur d’histocompatibilité. Ensuite, la cellule présentatrice d’antigène migre du tissu vers les ganglions lymphatiques, par la lymphe.

Arrivée dans le ganglion, la CPA présente l’antigène aux lymphocytes T4. Lorsque les lymphocytes T4 reconnaissent l’antigène, ils s’activent et commencent à sécréter des cytokines pro-inflammatoires. La CPA va également activer les lymphocytes T8 cytotoxiques. Les lymphocytes B et T8 adaptés sont activés par les cytokines libérées par les T4. Les différentes cellules activées migrent à travers le circuit lymphatique et ensuite par le sang vers le lieu de l’infection.Sur le lieu de combat, les cellules T4 activées déclenchent la réponse spécifique en libérant des cytokines telles que l’interleukine 2 (IL-2), l’interleukine 4 (IL-4) et l’interleukine 6 (IL-6). Les plasmocytes produisent des anticorps qui adhèrent à la surface des bactéries, ce qui facilite la détection et la destruction de celles-ci, grâce à la libération de perforine, granzyme et granulysine par les lymphocytes T8 cytotoxiques.

Une fois les bactéries détruites, les lymphocytes T4 activés donnent le signal de « cessez le combat » en libérant des cytokines anti-inflammatoires telles que le facteur de croissance de transformation  Beta (TGFb), l’interleukine 10 (IL-10) et l’antagoniste au récepteur de l’interleukine 1 (IL-1 Ra). Les macrophages entreront finalement en jeu pour nettoyer le site de l’infection par phagocytose.

Un système immunitaire équilibré est ainsi en mesure de défendre notre corps contre toute agression.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR