Un évènement unique autour de l’immunomodulation et l’autoimmunité

Un évènement unique autour de l’immunomodulation et l’autoimmunitéLa semaine dernière a eu lieu au Palais des Congrès de Palma de Majorque (Espagne) le 1er Congrès International de Micro-immunothérapie (ICoMI), un évènement international qui rassemblait des experts de l’immunologie et de l’immunomodulation. Au cours du congrès, des chercheurs, des médecins et des professionnels de santé de 28 nationalités différentes ont débattu autour des défis actuels que pose le traitement des maladies chroniques et auto-immunes. Ils ont également présenté les perspectives d’avenir et les études menées à l’heure actuelle dans le domaine de l’immunomodulation à low et ultra-low doses, parmi lesquelles on retrouve la micro-immunothérapie.

La plupart des intervenants ont expliqué que la médecine se dirige à présent vers une approche personnalisée du patient, qui doit prendre en compte, entre autres, l’immunité en tant que pilier central de notre santé. Ils ont également expliqué que de nouvelles stratégies d’immunomodulation figureront certainement parmi les traitements du futur. Le congrès combinait d’une part des conférences qui dévoilaient les nouveaux concepts et les découvertes dans le domaine de l’immunologie et d’autre part des conférences qui présentaient les études publiées et en cours sur les low et ultra-low doses et sur la micro-immunothérapie. De même, plusieurs professionnels de santé ont partagé leur expérience médicale dans ce domaine.

Dans les grandes lignes, il a été question d’immunologie, de nanopharmacologie, de biologie moléculaire et de biophysique, l’intérêt étant de combiner toutes ces disciplines pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Voici une présentation de quelques-unes des conférences :

  • Le Pr Alessio Fasano : « Le rôle de la nutrition, du microbiote intestinal et de la perméabilité intestinale dans l’immunomodulation : paradigmes de la maladie cœliaque et du diabète de type 1 ».
    • Au cours de sa conférence, le Pr Fasano a expliqué les concepts de tolérance et d’auto-immunité et a commenté leur implication dans le développement des maladies chroniques. Il a également évoqué l’activation de processus inflammatoires liés à un dysfonctionnement des barrières (par ex. des altérations de la fonction de la muqueuse intestinale) dans le cadre de la maladie céliaque et a souligné l’importance du microbiote dans la modulation de la réponse immunitaire.
  • Le Pr Vincent Castronovo : « Le rôle clé de la médecine fonctionnelle et nutritionnelle dans le traitement des maladies chroniques ».
    • Le Pr Castronovo a souligné l’importance de l’alimentation dans la régulation du système immunitaire y de processus inflammatoires.
  • Le Pr Claudia Kemper : « Une force interne inattendue : le rôle du système du complément dans la biologie des cellules Th1 ».
    • Au cours de sa conférence, le Pr Kemper a présenté de nouvelles fonctions du système du complément et a mis en évidence son importance en tant que « pont » entre l’immunité innée et adaptative ainsi que son rôle dans le retour à l’homéostasie.
  • Le Pr Alexander Tournier : « Ultra-low doses en immunothérapie : nouvelles perspectives de leur mode d’action ».
    • Pendant son intervention, le Pr Tournier a évoqué la théorie d’Hormesis, les concepts biophysiques liés à la nanomédecine et les limites et les perspectives d’avenir dans ce domaine.
  • Le Dr Anna Camps y Puig : « Amélioration du pronostic de l’encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE), un modèle expérimental de sclérose en plaques (SEP), grâce à la micro-immunothérapie ».
    • Le Dr Camps a présenté pendant le congrès quelques-uns des résultats de ses recherches sur les effets de la micro-immunothérapie et de l’utilisation de molécules immunocompétentes en low et ultra-low doses sur les marqueurs liés à la neuro-inflammation dans un modèle animal de sclérose en plaques.
  • Le Pr Michael Goldberg : « Profiter de la nanotechnologie pour influencer le système immunitaire ».
    • Le Pr Goldberg a expliqué comment la nanotechnologie peut améliorer l’administration spécifique et localisée (« drug delivery ») de molécules immunomodulatrices.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR