Polyarthrite rhumatoïde et Micro-Immunothérapie

polyarthrite rhumatoïde

© Shutterstock

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique déclenchée par une réponse immunitaire et inflammatoire inadaptée qui touche les articulations (poignets, genoux, etc.). Le système immunitaire attaque donc, par erreur, les tissus de l’organisme. Ce phénomène au cours duquel l’organisme s’attaque lui-même peut survenir à tout âge, même s’il est plus fréquent chez les personnes âgées.

On ne sait pas exactement ce qui provoque l’apparition de la polyarthrite rhumatoïde. On suppose qu’elle est liée à de multiples facteurs, parmi lesquels on distingue la prédisposition génétique, les facteurs environnementaux (par exemple les infections ou encore le tabagisme) et les altérations hormonales.

Développement de la maladie

Différentes cellules immunitaires (macrophages, lymphocytes T, et B, cellules dendritiques etc.) sont impliquées dans l’apparition et l’évolution de cette maladie. Ces cellules s’accumulent dans un tissu nommé membrane synoviale qui recouvre les articulations, dans lequel ils libèrent de nombreuses cytokines telles que l’interleukine 1, l’interleukine 6 ou le facteur de nécrose tumorale alpha. L’organisme déclenche alors une réaction inflammatoire exagérée qui, si elle persiste dans le temps, provoque de graves lésions sur les cartilages, les os, les tendons et les ligaments des articulations.

La polyarthrite rhumatoïde s’accompagne de différentes conséquences : douleur, rigidité, tuméfaction, et peut même aller jusqu’à entraîner une déformation des articulations et une perte de leur mobilité normale. Elle peut également s’accompagner de fatigue, d’épisodes occasionnels de fièvre ou d’autres manifestations comme de l’ostéoporose ou des complications cardiaques ou pulmonaires.

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde avec la Micro-Immunothérapie

Dans le cas des maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde, la Micro-Immunothérapie cherche à moduler la réponse immunitaire et inflammatoire pour éviter son dérèglement et sa persistance, et que les tissus concernés ne soient endommagés. Pour cela, elle utilise des cytokines impliquées dans cette réponse comme l’interleukine 1, l’interleukine 6 ou le facteur de nécrose tumorale alpha en dilutions frénatrices. De cette manière, la Micro-Immunothérapie contribue à rétablir l’équilibre dans l’organisme de manière douce et en tenant compte de ses mécanismes naturels.

Bibliographie

  1. Choy E. Understanding the dynamics: pathways involved in the pathogenesis of rheumatoid arthritis. Rheumatology (Oxford). 2012 Jul;51 Suppl 5:v3-11.
  2. Gibofsky A. Overview of epidemiology, pathophysiology, and diagnosis of rheumatoid arthritis. Am J Manag Care. 2012 Dec;18(13 Suppl):S295-302.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR