Prébiotiques, probiotiques et système immunitaire

Prébiotiques, probiotiques et système immunitaireLe microbiote intestinal

Le tractus intestinal humain est un écosystème complexe qui se trouve en contact permanent avec l’extérieur via l’alimentation et héberge un grand nombre de bactéries, notamment divers micro-organismes nécessaires au maintien de l’homéostasie intestinale.

Ce microbiote intestinal possède des effets bénéfiques sur notre santé puisqu’il établit une relation de symbiose avec l’individu. Ainsi, dans la lumière intestinale (intérieur de l’intestin), les bactéries bénéficient d’un flux constant de nutriments, d’une température stable et d’un nid où elles peuvent se développer. De la même manière, l’hôte tire parti de la capacité des bactéries à extraire de l’énergie des nutriments non absorbés de l’alimentation, comme les fibres par exemple, mais également à bloquer la croissance de micro-organismes potentiellement pathogènes. Notamment, des études menées sur des animaux exempts de germes ont révélé que l’absence totale de microbiote intestinal provoque des déficiences dans la structure et le fonctionnement de l’intestin.

Que sont les probiotiques ?

Il s’agit de micro-organismes qui, utilisés comme compléments alimentaires, sont bénéfiques pour l’organisme. On distingue notamment les bactéries lactiques et les bifidobactéries, mais des bactéries d’autres genres sont également utilisées. Voici quelques-unes de leurs fonctions :

  1. a) Concurrence avec les bactéries pathogènes (elle peut être une conséquence de la concurrence pour les nutriments disponibles). On y inclut également d’autres mécanismes comme l’altération du pH dans la lumière intestinale, ce qui favorise un pH acide qui limite la croissance d’autres micro-organismes, ou la production de toxines1.
  2. b) Amélioration de la fonction de la barrière intestinale : le tractus intestinal est formé par une couche de tissu épithélial recouverte d’une autre couche de muqueuse, ce qui forme une barrière physique qui empêche l’entrée de micro-organismes pathogènes. Des études ont découvert que les probiotiques favorisent la prolifération de ces cellules épithéliales et améliorent ainsi la protection du tissu intestinal2.
  3. c) Production de nutriments importants pour la fonction intestinale : une grande partie des fibres que nous ingérons ne sont pas assimilables par l’être humain. Par contre, les bactéries de la flore intestinale peuvent les faire fermenter et les transformer principalement en acides gras à chaîne courte (Short Chain Fatty Acids, en anglais)3. Ces molécules représentent la principale source d’énergie des cellules de l’intestin et régulent leur développement et leur différenciation4.
  4. d) Immunomodulation : les probiotiques agissent à la fois sur l’immunité innée et sur l’immunité adaptative. Les micro-organismes qu’ils contiennent peuvent stimuler la production de certains composants du système immunitaire, comme la sécrétion de cytokines . De plus, certains probiotiques peuvent induire la différenciation de lymphocytes B matures et la production d’anticorps comme l’IgA. Malgré de nombreuses études menées à ce sujet, il reste encore à établir comment les probiotiques interagissent avec les cellules lymphoïdes de l’intestin pour réussir à activer le système immunitaire intestinal5.

Que sont les prébiotiques ?

Les substances prébiotiques sont des composants non digestibles, en général des sucres, qui sont bénéfiques pour l’individu car ils favorisent la croissance ou l’activité de certains micro-organismes qui font partie du microbiote intestinal. Parmi les bienfaits des prébiotiques, on peut citer entre autres l’augmentation de la prolifération de bonnes bactéries intestinales, l’amélioration de la rétention et de l’absorption des minéraux ou encore la diminution de la prolifération des pathogènes et de leurs toxines.

Parmi les prébiotiques les plus connus, on trouve l’inuline6, un sucre qui n’est pas digéré par les enzymes et qui arrive intact dans l’intestin grêle où il fermente et produit les acides gras à chaîne courte dont on parlait précédemment, avec tous les avantages que cela comporte.

Bibliographie

  1. Kamada N., Chen, G.Y, Inohara N., Núñez G. Control of Pathogens and Pathobionts by the Gut Microbiota. Nature immunology. 2013, 14(7):685-690.
  2. Ichikawa, Hirofumi, et al. « Probiotic bacteria stimulate gut epithelial cell proliferation in rat. » Digestive diseases and sciences. 1999, 44 (10): 2119-2123.
  3. Den Besten G., van Eunen K., Groen A.K., Venema K., Reijngoud, D.J., Bakker B.M. The role os short-chain fatty acids in the interplay between diet, gut microbiota, and host energy metabolism. Journal of Lipid Research. 2013, 54: 2325-2340.
  4. Mensah P. Comment rétablir la tolérance au niveau intestinal? Revue Focus de L’Institut 3IDI. 2017, 13:7-8.
  5. Erickson K.L, Hubbard N.E. Probiotic Immunomodulation in Health and Disease. Journal of Nutrition. 2000, 130(2): 4035-4095.
  6. Wilson, Bridgette, and Kevin Whelan. « Prebiotic inulin-type fructans and galacto-oligosaccharides: definition, specificity, function, and application in gastrointestinal disorders. » Journal of gastroenterology and hepatology. 2017 32 S1: 64-68.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR