Que sont les basophiles et quel rôle jouent-ils dans les réactions inflammatoires ?

Que sont les basophiles et quel rôle jouent-ils dans les réactions inflammatoires ?Introduction

Les basophiles sont des cellules du système immunitaire similaires aux mastocytes. Ils font partie des « granulocytes », un groupe de cellules qui doivent leur nom aux granules qu’elles contiennent. On trouve également dans ce groupe d’autres leucocytes comme les neutrophiles ou les éosinophiles.

Les basophiles ont été décrits pour la première fois en 1879 par Paul Ehrlich. Comme d’autres cellules du système immunitaire, ils sont générés dans la moelle osseuse et constituent environ 1% du total des leucocytes (1). À la différence de la maturation des mastocytes, qui a lieu dans la circulation sanguine, celle des basophiles se produit dans la moelle osseuse. Cependant, ces deux types de cellules produisent quasiment les mêmes substances.

Quel est leur rôle ?

Les basophiles circulent dans le sang.  Dans certains cas particuliers, comme dans les infections parasitaires, ils s’accumulent dans les tissus (principalement les muqueuses pulmonaires, les muqueuses nasales et la peau) et ils y libèrent le contenu de leurs granules, de petits compartiments qui contiennent des substances facilitant la mise en marche du processus inflammatoire (l’histamine par exemple) et l’élimination du pathogène.

Basophiles et maladies associées

Comme nous l’avons dit, les basophiles jouent un rôle dans le déclenchement des réactions inflammatoires, mais on a également établi un lien entre leur activation incontrôlée et l’apparition d’allergies, d’autres réactions d’hypersensibilité, d’anaphylaxies, d’asthme et de maladies de la peau. Pourquoi ?

Lorsque le système immunitaire détecte un allergène, il active la production d’un certain type d’anticorps appelés IgE. Ces IgE sont capables d’adhérer à la surface des basophiles et des mastocytes. Lorsque notre organisme entre à nouveau en contact avec l’allergène, celui-ci est détecté par les anticorps IgE liés aux basophiles, ce qui incite ces derniers à libérer le contenu de leurs granules. Tout cela peut entraîner des réactions locales, des inflammations cutanées et/ou des contractions musculaires dans les bronches, ce qui peut ensuite déclencher un choc anaphylactique.

Bibliographie

  1.     Falcone, F. H., Haas, H., & Gibbs, B. F. (2000). The human basophil: a new appreciation of its role in immune responses. Blood, 96(13), 4028–38.
  2.     Mukai, K, and Galli, SJ. (2013) Basophils. In: eLS. John Wiley & Sons Ltd, Chichester.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR