Immunité, émotions et hormones : un trio de choc

Notre corps est plus subtil que nous le pensons : ce n’est pas simplement un ensemble de systèmes, mais plutôt le résultat d’un équilibre délicat à l’intérieur duquel ceux-ci sont tous connectés. Les systèmes nerveux, endocrinien (hormonal) et immunitaire sont ainsi capables de se comprendre et de communiquer au quotidien grâce à leurs messagers (les neurotransmetteurs, les hormones et les cytokines) pour préserver l’homéostasie du corps. La psycho-neuro-immuno-endocrinologie (PNIE) est la science qui étudie ces relations multidirectionnelles, et elle est donc devenue un domaine incontournable en médecine intégrative.

Le stress, meilleur exemple de la connexion entre l’esprit et le corps

Pour expliquer tout cela de manière concrète, nous avons choisi le phénomène psychologique qui affecte le plus notre santé physique et psychique : le stress. Lorsqu’une situation de stress persiste de manière chronique, elle affaiblit les capacités immunitaires et déséquilibre l’état hormonal de la personne. De manière générale, le stress entraîne un vieillissement prématuré des cellules. L’augmentation du cortisol (hormone sécrétée dans les cas de stress) diminue l’efficacité des lymphocytes T, ce qui affaiblit les défenses immunitaires et peut donc faire ressurgir chez le patient des pathologies de nature immunitaire (par ex. psoriasis, arthrite, maladie inflammatoire de l’intestin, etc.). Du côté du système endocrinien, le stress peut également faire des dégâts : il est très fréquent par exemple qu’il dérègle le cycle hormonal chez les femmes ou qu’il entraîne une baisse de la fertilité chez les hommes.

Stratégie de traitement selon la PNIE

Pour toutes ces raisons, il est primordial de réaliser un examen global de l’individu, afin de pouvoir établir une stratégie qui permette de restaurer l’équilibre à tous points de vue. De plus, cette vision globale nous aide à aller au-delà des symptômes et à analyser les causes qui peuvent avoir déclenché le trouble au niveau organique. C’est sur cette base que repose la stratégie thérapeutique transversale de la PNIE : on se demande d’où vient la santé, et non pas d’où vient la maladie.

En tant qu’outil qui vise à réguler le bon fonctionnement du système immunitaire, la micro-immunothérapie s’inscrit totalement dans cette vision globale de l’individu, et elle peut donc pleinement s’intégrer dans la stratégie thérapeutique proposé par le professionnel de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACEPTAR

Aviso de cookies