La dermatite, ça pique !

La dermatite atopique est une maladie de la peau due à une réaction inflammatoire exagérée. Elle n’est pas causée par une allergie spécifique : son apparition est liée à la fois à une prédisposition génétique et à l’exposition à certains facteurs environnementaux. Cependant, il est certain que cette maladie touche davantage les individus qui ont tendance à souffrir d’allergies, car leur système immunitaire est plus enclin à réagir de manière exagérée aux allergènes inoffensifs, comme le pollen, certains aliments, l’humidité, certaines conditions météo, etc. Nous avons évoqué la manière dont cette réponse survient dans nos précédents articles sur la rhinite et les allergies.

Rupture de l’intégrité de la peau

Dans les cas de dermatite atopique, on assiste à la libération d’une molécule appelée histamine au niveau de la peau, ce qui entraîne les symptômes que l’on connaît (démangeaisons, inflammation et rougeurs). Le fait de se gratter, particulièrement chez les enfants, peut provoquer une rupture de l’intégrité de la peau, et comme celle-ci constitue notre première barrière de défense, un cercle vicieux s’installe et entraîne une dégradation de la situation et une chronicisation du problème.

Cette affection est rarement grave, mais elle est souvent éprouvante pour les enfants et leurs parents.

Les cas de dermatite sont de plus en plus fréquents

On observe que le nombre de cas de dermatite a tendance à augmenter. Environ 15% de la population infantile serait touchée et les pédiatres indiquent que le plus souvent leurs patients viennent les consulter pour ce motif.

Que faire ?

  1. S’armer de patience et soigner la peau quotidiennement même si la situation s’améliore.
  2. Éviter à tout prix de se gratter.
  3. Hydrater, hydrater, hydrater.
  4. Traiter les poussées en suivant les consignes du médecin.
  5. Éviter si possible les éléments qui vont aggraver la dermatite chez l’enfant (certains aliments, les savons, certains détergents et adoucissants, etc.)
  6. Garder le système immunitaire en bonne santé, pour réduire et maîtriser la réponse inflammatoire. Dans ce domaine, la micro-immunothérapie peut être une alliée de poids du système immunitaire.

Bibliographie

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR