Les anticorps et leur rôle dans la réponse immunitaire

 

Les anticorps et leur rôle dans la réponse immunitaire

© Wellcome Images, Flickr, creative commons by nc nd 2.0

Le système immunitaire peut activer deux classes de réponses : une réponse immunitaire innée, rapide, et non spécifique, et une réponse immunitaire adaptative, plus lente, mais adaptée à chaque pathogène, et capable de créer une mémoire. La réponse immunitaire adaptative se divise en deux sous-parties : la réponse cellulaire, et la réponse humorale. La caractéristique principale de la réponse humorale réside dans la production d’anticorps (immunoglobulines, Ig).

Qu’est-ce qu’un anticorps ?

Les anticorps sont des protéines qui servent à détecter tous les éléments étrangers pénétrant dans l’organisme. Les anticorps détectent en général des parties concrètes de ces corps étrangers, par exemple certaines protéines présentes à la surface des bactéries ou des virus, appelées « antigènes » (bactériens ou viraux). Lorsqu’un anticorps se fixe à une protéine étrangère, il agit comme un marqueur et facilite leur reconnaissance et leur élimination par les cellules du système immunitaire.

Les anticorps sont produits par les lymphocytes B et localisés à leur surface. Ils ont d’abord un rôle de récepteur. Lorsque le lymphocyte B reconnaît un antigène et qu’il s’active, il se transforme en plasmocyte producteur d’anticorps, qui sont libérés librement dans le torrent circulatoire sanguin.  Les lymphocytes B activés  peuvent également se transformer en lymphocytes B mémoire. Le système immunitaire peut alors répondre plus rapidement lorsqu’il rencontre le même agent infectieux.

Tous les anticorps ont une structure similaire. Ils possèdent une « région constante » (Fc) qui sert à interagir avec les cellules du système immunitaire, comme les macrophages ou les mastocytes. Les anticorps ont également une « région variable » (Fab), capable de reconnaître les antigènes. Cette région est dite « variable » parce qu’elle diffère pour chaque antigène, selon le lymphocyte B qui l’a produite. Ce système de variabilité permet au système immunitaire de générer une large gamme d’anticorps, uniques et spécifiques contre un antigène donné, et de fournir une réponse adaptée en fonction de l’agent pathogène.

Les différentes classes d’anticorps

Les anticorps (immunoglobulines) sont divisés en différentes classes en fonction de leur activité biologique, c.-à-d. de leur rôle :

  • Les IgM sont les premiers anticorps exprimés au cours de la réponse immunitaire. Elles agissent en tant que récepteur à la surface des lymphocytes B et jouent un rôle important dans l’activation du système du complément.
  • Les IgD agissent en tant que récepteur à la surface des lymphocytes B non exposés à l’antigène.
  • Les IgA ont un rôle de défense immunitaire dans les muqueuses.
  • Les IgG ont un rôle prépondérant dans la défense contre les agents pathogènes qui envahissent le corps. Elles circulent abondamment dans le sang, et sont les seules à pouvoir traverser la paroi du placenta.
  • Les IgE jouent un rôle important dans les mécanismes de défense contre les vers et les parasites. Elles agissent également lors des réponses allergiques. Leur fonction est liée à celle des mastocytes.

Bibliographie :

[1]          G. J. V. Nossal and G.L. Ada, Antigens, Lymphoid Cells and the Immune Response. 1971.

[2]          P. Parham, The Immune System, Fourth Edition. Garland Science, 2014.

[3]          L. M. Sompayrac, How the Immune System Works, Fourth Edi. Wiley-Blackwell, 2011.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux préférés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
CERRAR