L’influence du microbiote sur la maladie cœliaque

Dans notre dernier article concernant la maladie cœliaque, nous avons évoqué l’origine de cette pathologie et la réaction du système immunitaire face au gluten. Aujourd’hui, nous allons aborder d’autres aspects de cette maladie.

Réaction au gluten et lésions intestinales

Il s’écoule souvent une période plus ou moins longue entre l’apparition des premiers symptômes de la maladie et la réalisation d’un diagnostic précis. Au cours de cette période, et jusqu’à ce que les indications thérapeutiques fassent effet, le patient souffre souvent d’un déséquilibre du microbiote et d’une atrophie intestinale pouvant mettre presque deux ans à se résorber.

L’alimentation, un facteur clé

La principale consigne, et surtout la plus importante, est de suivre un régime sans gluten. Cependant, il convient également d’augmenter la consommation d’aliments riches en fibres comme les fruits et les légumes qui favorisent la croissance du microbiote intestinal tout en filtrant les éléments toxiques et les micro-organismes néfastes. Il est aussi recommandé de diminuer la consommation de sucres raffinés car ils ne contiennent pas les vitamines nécessaires pour être bien digérés et métabolisés par notre organisme. Par ailleurs, l’introduction des aliments naturellement fermentés, comme le yaourt, le kéfir, le miso, la choucroute, etc. favorisera le développement de bactéries bénéfiques pour la flore intestinale. De plus, il est conseillé de remplacer les matières grasses par de l’huile de poissons gras, de l’huile d’olive vierge, des fruits secs comme les noix, etc. ceux-ci ayant un effet anti-oxydant protecteur face aux éléments irritants. Enfin, il faut également et dans la mesure du possible, consommer des des aliments non transformés, naturellement sans gluten, comme le lait, les œufs, la viande, les légumes, les fruits, etc.

Dégradation du gluten et microbiote intestinal

Au delà des études menées pour approfondir les connaissances sur une alimentation adaptée à ce type de pathologie, d’autres études sont menées pour comprendre la différence concernant la métabolisation du gluten chez les personnes cœliaques et celles non cœliaques. Selon un article paru dans la prestigieuse revue Gastroenterology, le microbiote des personnes cœliaques métabolise le gluten en peptides plus petits et capables de traverser la paroi intestinale. Ces personnes présentent donc une plus forte tendance à faire réagir le système immunitaire et par conséquent à développer rapidement une intolérance au gluten. L’avancée de ces recherches pourrait permettre de découvrir dans un futur proche de nouvelles manières d’aborder cette pathologie.

À l’heure actuelle, éviter de consommer du gluten et préserver la bonne santé du système immunitaire reste la meilleure manière de traiter la maladie pour les personnes cœliaques. Dans ce contexte, utiliser la micro-immunothérapie en complément d’un régime adapté, peut apporter une vraie valeur ajoutée au traitement.

Bibliographie:

Vergara Hernández, J., Vergara Díaz, M.A., Vergara Rodríguez, E. Guías clínicas. Enfermedad celíaca. In Fisterra.com [en ligne]. Consulté le 19 mai 2018 [http://www.fisterra.com/guias-clinicas/enfermedad-celiaca/]

Association française des intolérants au gluten. La maladie cœliaque sur afdiag.fr [en ligne]. Consulté le 30 mai 2018 [http://www.afdiag.fr/intolerance-au-gluten/la-maladie-coeliaque/]

Caminero A, Heather JG. Duodenal Bacteria From Patients With Celiac Disease and Healthy Subjects Distinctly Affect Gluten Breakdown and Immunogenicity. Gastroenterology. October 2016. Volume 151, Issue 4, Pages 670–683

One thought on “L’influence du microbiote sur la maladie cœliaque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous informons les utilisateurs qui publient un commentaire sur le blog que des données personnelles telles q'un nom leur seront demandées et pourront être publiées et donc rendues visibles à tous les utilisateurs du blog. En revanche, leur adresse e-mail ne sera pas publiée. L’utilisateur qui publiera un commentaire doit également être conscient que ses publications pourront être lues par d’autres personnes et que DIMI S.L n’est pas tenue responsable des contenus librement publiés et partagés par l’utilisateur. Par la présente, l'utilisateur est informé qu’il est le principal responsable de la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. Si vous souhaitez plus d'informations sur notre politique de protection des données, consultez nos mentions légales.

Politique des cookies

En conformité avec la loi 34/002 relative aux services de société de l’information, nous vous rappelons que utilisation de cette page web suppose l’acceptation de l’utilisation des cookies.
Plus d’information.
ACEPTAR

Aviso de cookies